mercredi 16 avril 2014

Transports





A plus loin (clic)

Deux séquences de Pale Flower/Kawaita hana/Fleur pâle, un film noir ou film de yakusa - l'appellation est forcément réductrice pour une œuvre aussi singulière -, réalisé en 1964 par Shinoda Masahiro que l'on peut ranger dans sa filmothèque à côtés des merveilles dirigées par Seijun Suzuki qui mit plus d'une fois ses producteurs dans les affres*. (Elégie de la bagarre ou Le vagabond de Tokyo, son chef-d'œuvre.)
Je suis bluffé par l'inventivité visuelle et la force poétique de ces réalisateurs indociles, chefs de file de l'équivalent informel de la "nouvelle vague" dans le Japon des années 60.

* Des patrons mafieux avaient investi dans le polar, un genre basé sur des recettes éprouvées censé rapporter vite et gros. On imagine leur surprise en découvrant les films de Masahiro et Suzuki lors des séances de preview.

Images: dvdbeaver

2 commentaires:

debout a dit…

Le coffret des films de Shinoda Masahiro est très bien, m'ayant permis de découvrir ce cinéaste (j'avais vu la rétrospective Suzuki à Paris mais j'ignorais juqu'à l'existence de Shinoda Masahiro) et "fleur pâle" est un film totalement fascinant (rappelant parfois le Melville de "deux hommes dans Manhattan", le Bénazéraf de "Joe Caligula : du suif chez les dabes", les premiers noirs de Jules Dassin mais avec ce côté superbement excessif du cinéma noir nippon).

René Claude a dit…

On peut appliquer à leurs films le bon mot de Raymond Chandler sur le roman policier: ces réalisateurs se sont emparés d'un genre considéré comme mineur et ont réussi à en faire de sujet de dispute pour les intellectuels... et les cinéphiles. ;)
(J'ai commandé le coffret Shinoda Masahiro.)