dimanche 24 novembre 2013

Ceux qui nous quittent


Au risque - mesuré - d'irriter ceux qui savent par cœur les répliques des Tontons flingueurs ou des Barbouzes* et ceux qui méprisent ses films, je n'ai jamais ni surestimé ("culte") ni sous-estimé ("franchouillard") le cinéma de Georges Lautner. Il tournait des films pour le grand public qui touchaient le grand public. Il peut reposer en paix, sa mission accomplie avec les honneurs.
Au début des 90's, le réalisateur annonça qu'il allait mettre en images une nouvelle adaptation du roman de Simenon Les Inconnus dans la maison** avec Jean-Paul Belmondo et Christiana Reali. Devenu L'inconnu dans la maison, j'ai vu en salle le dernier film de Lautner. (1992) Alors qu'on disait Bebel has been, par son jeu posé et fin, fruit d'un travail sur l'intime, le comédien est crédible en avocat dévasté par le suicide de sa femme dont il se croit responsable. Profondément dépressif, il apaise la douleur avec l'alcool. Dans la grande maison devenue no man's land, il cohabite avec sa fille en rébellion ouverte contre lui et une vieille servante qui entretient la fracture entre la fille et le père essoré jusqu'au soir où un coup de feu tiré au premier étage va sortir le bâtonnier de sa torpeur éthylique. En butant sur le cadavre d'un ami de sa fille, fournisseur de came à la bande de blousons dorés au sein de laquelle elle évolue, il se redresse et redevient le sujet de sa vie pour mener sa propre contre-enquête.
Si je devais programmer un titre en hommage au cinéaste disparu, je crois que je choisirais L'inconnu dans la maison.

* Dans sa production des années 60, je retiens plutôt Le Monocle noir, L'œil du Monocle  et Le Monocle rit jaune avec l'impeccable Paul Meurisse.

** En 1942, Henri Decoin a réalisé une première adaptation du roman de Simenon.

La bande-annonce

7 commentaires:

debout a dit…

Vous m'intriguez avec cet "inconnu dans la maison" ; pour le Grand Passé, j'acquiesce à votre choix, à cette série des Monocles, hélas sous estimée (quand on on lui préférait la série des Lemmy Caution, largement sur évaluée quant à elle) avec l'excellent Paul Meurisse, totalement oublié de nos jours.

René Claude a dit…

Le public a boudé le dernier film de Lautner. Dommage, c'est une bonne adaptation de Simenon dans laquelle Belmondo a su éviter le surjeu.

Kurisu a dit…

Celui là était excellent aussi. Le jeu de Belmondo m'avait séduit.


De la part d'un fan, de Lautner (barbouzes et tontons flingueurs), pas du tout irrité.

★Bruno Lucas☆ a dit…

Le 7ème juré est un Lautner exceptionnel. A r(e)découvrir d'urgence.
En revanche je n'ai jamais compris tout ce tintouin autour des Tontons. Quel ennui !

René Claude a dit…

Je vous trouve un peu sévère même si les tontons flingueurs sont surestimés, je reste client tout en regrettant le manque d'originalité des hommages télévisés.

El ReReX a dit…

Dans "les tontons" Paul Meurisse fait une apparition.

debout a dit…

Alors la boucle est bouclée..!