jeudi 23 juillet 2015

Funk Suprême


On sort de la sieste avec Saun & Starr dans Big Wheel.

A propos de groove, il était comment le concert de Curtis Harding hier soir au parc des Eaux-Vives de Genève* ? Ça manquait de... mordant. J'avais espéré que le soulman du Michigan nous rentrât dans le lard avec ses titres rock-soul mais à l'exception de quelques compositions plus enlevées, lui et ses complices déroulèrent un rock funky-country en place mais manquant de peps. Bien sûr, il faut tenir compte du lieu plus propice au pique-nique en famille qu'à une insurrection funk, de la lumière du jour - Curtis joue de la musique de nuit - et de la chaleur qui a sans doute entamé le punch des musiciens. Attendons le concert programmé le 20 novembre aux Docks de Lausanne pour savoir ce que le gaillard a vraiment dans le coffre la nuit en salle. A suivre.

* Dans le cadre des manifestations estivales, le concert était gratuit. Les cadeaux sont devenus si rares dans une ville où tout se paie au prix fort que je voulais le mentionner. Faut dire aussi quand c'est bien.

mercredi 22 juillet 2015

Coco (ceux qu'on relit)

Pourquoi Coco ? J'ai relu des pages de Bagages pour Vancouver, un élégant livre de souvenirs en deux parties de Michel Déon (éd. de La Table ronde et rééd. en folio). Dans les premières pages du second volume, il raconte qu'il fut amicalement sommé - mais sommé tout de même - de passer le Nouvel an 195... au grill du Ritz avec elle par sa copine Gabrielle. L'écrivain* dut annuler son souper et la nuit du Réveillon avec une tendre amie pour ne pas manquer à Gabrielle. On ne manquait pas à Mlle Chanel. Et pourquoi Déon ? Parce que j'ai lu ou plutôt j'ai dégusté sous le ciel de Vendée le bel hommage pluriel à Nimier rendu par Philippe Barthelet et Pierre Guillaume de Roux dans Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard publié il y a trois ans aux éditions Pierre Guillaume de Roux. Je vous en parle dès que la température perd deux ou trois degrés.

PS : Et aussi parce que c'est un beau portrait de celle qui a dé-corseté la femme, il ne faut pas l'oublier.

Photo : Douglas Kirkland

* La styliste caressa un temps le projet de faire mettre en forme ses Mémoires par le jeune écrivain. Aurait-elle dit la vérité quand on sait les légendes si séduisantes ?

lundi 20 juillet 2015

The Night is calling (ceux qui nous quittent)


Bye, old gambler

J'aime bien cette photo d'Omar moins apprêté, sans son sourire de winner professionnel. La nuit fut agitée. One more coffee, one more cigarette...

Note :
Parfois, un délai - celui d'une forme de pudeur qui veut éviter les clichés trop faciles - est nécessaire pour évoquer un(e) disparu(e).

samedi 18 juillet 2015

Traffic


Un peu de fraîcheur londonienne. A propos d'eau, un groupe de jeunes gars gonflait un canot de belle taille devant la maison pour aller se rafraîchir sur le Rhône qui coule, imperturbable, plutôt propre mais dangereux au bas de chez nous. (Chaque semaine des baigneurs imprudents s'y noient.) Pendant un moment, les jeunes types vont négliger leur bazar mobile, numérique et connecté et tenter d'intéresser les jeunes filles en leur proposant une ballade en canot pneumatique. Ça rappelle de beaux étés. Achtung, Melancholia...

Note du 23 juillet :
A propos des jeunes gens scotchés à leur portable, Donita Sparks du groupe L7 déclare à un journaliste dans le N° de Rock&Folk d'août 2015 : J'ai un gros problème avec tous ces mômes qui passent leur temps rivés sur leur téléphone. Je trouve ça vraiment triste. La création, c'est avant tout affronter l'ennui.

Sur la b.o., Sometimes I'm Happy par Carmen McRae, une proposition de Julie, et non pas McRay. C'est cette chaleur ! ;) Pour faire pardonner ma bourde, suivez le lien vers l'album de Miss McRae Live At Sugar Hill (San Francisco) en 1964.

vendredi 17 juillet 2015

Sur la B.O. de la sieste


Pour sortir doucement de la sieste, je vous suggère un moment doo-wop en compagnie des "5" Royales dans Thirty Second Lover. Si on supprime les backing vocals qui font quelque chose comme "houpapapa yeah", c'est du rythm'n'blues.
Une fois à la verticale, pour ne pas perdre le feeling, on peut enchaîner Slummer Of The Slum, toujours par The "5" Royales. Doo-wop ? Forever !

Photo: Mlle Mylène Demongeot

jeudi 16 juillet 2015

Sur la B.O. de la sieste


Lana Del Rey avec Ride. Mélancolie, moiteur, moteurs...

Ceux qui nous quittent


Arthur, Nick et Earl Cave.

David m'apprend le décès accidentel de Arthur Cave, le fils de Nick. Il est tombé d'une falaise dans l'East Sussex. Il avait 15 ans. Je pense à son frère jumeau Earl et aux parents à qui j'envoie mes condoléances qu'accompagne l'expression du profond sentiment d'injustice causé par cette perte.

lundi 13 juillet 2015

Quand les murs...



Ce blog manquait de couleurs.

Postcard From The Past



A Souvenir Of London où s'exprime l'humour (l'amour ?) vache de Keith Reid, le parolier de Procol Harum. Si j'avais un groupe, je le lancerais dans une reprise.

Bought a souvenir in London
Got to hide it from my mom
Can't declare it at the Customs
But I'll have to take it home

Tried to keep it confidential
But the news is leaking out
Got a souvenir in London
There's a lot of it about

Yes, I found a bit of London
I'd like to lose it quick
Got to show it to my doctor
'Cause it isn't going to shrink

Want to keep it confidential
But the truth is leaking out
Got a souvenir in London
There's a lot of it about

Photo: A Londres par Bruce Davidson

dimanche 12 juillet 2015

Sur la B.O. de la sieste



Push The Sky Away...
Par Nick Cave, impérial et toujours impérieux, entouré de ses Mauvaises Graines captées dans un studio de la station de radio californienne KCRW au printemps 2013.
Il y a quelques nuits sur notre île - déjà des prétentions propriétaires ;) -, j'écoutais ce titre en boucle le nez dans les étoiles. Certaines nuits ne devraient jamais finir.
Des albums de Nick Cave, Mick Harvey, Mark Lanegan - qui sera en concert début septembre dans le cadre du festival de la Bâââtie, on en recause -, ou encore Mister Hawley figuraient dans mon jukebox des vacances. Au retour, ils font un sas sonore indispensable avant de replonger dans le monde assommant, bête et vain des grandespersonnes.

* L'île tient à distance un certain nombre de crétins continentaux, c'est un avantage précieux et un argument décisif. On pense à l'avenir.
Le retour est chaque année plus difficile mais on se réaccoutume au navrant climat mental genevois. Et lorsque l'exaspération atteint la cote d'alerte - la canicule n'arrange rien - on se dit que les pompeux imbéciles partent aussi en vacances. ;)

samedi 11 juillet 2015

Sur la B.O. de la sieste




Richard Hawley, For Your Lover Give Some Time tiré de l'album Truelove's Gutter (2009)
Parfois je me dis qu'on ne devrait pas avoir le droit de composer quelque chose d'aussi beau.

Photo: Jerry Berndt

Ceux qui nous quittent


J'ai appris la disparition de Patrick Macnee (1922-2015) juste avant de m'envoler vers le "canton" vendéen, un sanctuaire* et une fenêtre sur le paradis. Ce petit hommage un peu tardif en deux images tirées d'épisodes de The Avengers/Chapeau melon et bottes de cuir est donc la conséquence d'une détox' du ouèbe volontaire. Pour me connecter sur l'île d'Yeu, je devais descendre boire un verre au bar-concert L'Escadrille à Port-Joinville. Un excellent prétexte mais une fois sur place - très sympathique la place -, le blog n'était plus ma préoccupation première comme on peut l'imaginer. Je suis certain que ni John Steed ni les internautes pour15minutes ne m'en tiendront rigueur. 

* Sanctuaire désigne aussi un espace bénéficiant d'un ensemble de mesures assurant sa garantie, sa protection, avec une dimension de sauvegarde, de mise à part, d'intangibilité, une définition qui lui va bien.

PS: Il faudra(it) réfléchir à la relation entre Steed et Emma Peel. Ont-ils conclu ? Voilà un sujet de billet sur lequel on planchera peut-être - je deviens prudent - à la rentrée.

Toto aime l'art


William Wray, Princess

Je défais mes valises, je retire le sable de mes yeux (il a séché les larmes) et je suis à vous.

mercredi 24 juin 2015

F.U.N.K. Suprême



Ce soir, on va prendre le bar à l'abordage. C'est pas très glorieux ? Yep, mais c'est tout de même plus risqué et sexy que de se planter devant une série*. A propos de trucs sexy, je réécoute F.U.N.K. par Betty Davis, éphémère compagne de Miles D. A l'époque on parlait de hard funk ; c'était juste du funk torride et énervé, une tuerie. Je ne connais rien de mieux pour relancer une soirée d'été.

Les photos sont de Jerry Berndt.

* Je regarde aussi des séries avec modération. Récemment, je me suis fait piéger par les dix premières minutes de Broadchurch, une production britannique très bien ficelée. Quant au salut du cinéma, je ne sais pas s'il passe par les séries. La génération de mon fils tranchera. Le cinéma - comme le rock'n'roll - a été déclaré mort tant de fois depuis ma première séance dans une salle obscure...

On ze beach (?)


Une image assez romantique (si si !) de Creature from the Black Lagoon, aussi pour les couleurs.
Pour15minutes est en mode vacances. On ne fournit pas les palmes. Et sur la b.o. ? Heu... The Barracudas ? The Beach Boys ? Nos amis les Cramps ? Trop téléphoné... Si vous avez des propositions, je suis preneur.
Ceux qui suivent : Yaya suggère The Deadly Ones dans l'immortel (?) There's A Creature In The Surfer's Lagoon.
El ReReX propose la reprise par Charles Manson du Swamp Girl créé par Frankie Lane.
L'idée est de faire (re)découvrir des titres originaux et leurs improbables reprises*. Là, on est gâtés. Merci aux oreilles curieuses qui partagent leurs trouvailles.

* Il n'y a aucune obligation, bien sûr. On se laisse guider par ses envies.

dimanche 21 juin 2015

Retour vers le futur




Pour les fondus de SF, les années 70 et le tout début des 80's furent l'âge d'or de l'illustration. Aux Etats-Unis et surtout en Europe, des dessinateurs prirent la vague qui secoua les fondations du genre. Adolescent au début de la décennie, je découvrais sur les couvertures de romans, les revues - une pensée émue pour l'équipe de "passeurs" de Métal Hurlant -, les fanzines et bien sûr les affiches de film, une liberté de création inégalée à ce jour.
Si la censure d'Etat bête et brutale s'abattait sur les éditeurs anticonformistes, l'autocensure n'avait pas encore formaté le cadre "idéologique" des illustrateurs et des scénaristes.

De haut en bas : Mike Inge, Wallace Wood et David Schleinkofer, des scans vus sur ce blog entièrement dédié aux illustrateurs de SF dans les 70's.

Nos amis les robots


Après le thème du super-héros réinterprété par des artistes actuels, la Maison d'Ailleurs* à Yverdon présente Portrait-Robot, une exposition qui considère les robots comme des images – celles des modèles industriels et techno-scientifiques inventés par l’humanité pour se caractériser. L’exposition rappelle ainsi que la création de visages métalliques est avant tout un artifice pointant les limites des définitions dans lesquelles nous sommes enserrés et ce, afin de nous aider à nous réinventer.

Du 21 juin 2015 au 31 janvier 2016. On en reparle à la rentrée.

*Musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires.

samedi 20 juin 2015

Funk Suprême


Après la fin du duo avec son frangin Charlie, Miss Inez Foxx poursuivit un temps une carrière solo en enregistrant quelques bons titres comme Crossing Over The Bridge capté lors de sessions à Memphis. Il figure sur la sélection Nobody Wins - Stax Southern Soul, 1968-1975 éditée par Kent/Soul.